• Magnétiseur Carbone

Fascia - Fasciatherapie - Fasciapulsologie


Infographie sur l’historique des fascias et quand ont-ils été découverts ? Nous trouvons Xavier Bichat et les membranes en 1799, le premier article de fascia en 1814, Henry Gray donne la première définition du fascia en 1858, Christian Carini enseigne la fasciathérapie en 1979, Denis Bois invente la fasciathérapie MDB en 1981 et Carini rebaptise sa méthode fasciapulsologie en 1988.

Le terme fascia a-t-il plusieurs sens ?

Il fait référence à tous les types de lames de tissu conjonctif qui peuvent être macroscopiquement disséquées.

Nous pouvons différencier :

• le fascia superficiel (ou tissu sous-cutané), qui forme la couche profonde de la peau ;

• le fascia profond, qui est une lame fibreuse qui soutient le fascia superficiel et sépare les muscles superficiels du tissu sous-cutané. Le fascia brachial correspond au fascia profond de cette partie du corps en cause ;

• les fascias internes, lesquels remplissent les vides entre les différents organes. Les fascias superficiels et internes sont des tissus conjonctifs lâches ;

• les fascias viscéraux, qui coïncident au tablier extérieur de certains viscères, sur des surfaces qui ne sont pas couvertes de séreuse. Les fascias viscéraux et les fascias profonds sont des tissus conjonctifs denses ;

• les fascias musculaires, qui sont une formation du tissu conjonctif dense autour d'un muscle, et qui touchent l'épimysium.

Une société de recherche sur les fascias s'est fondée en 2014, afin de préciser et d'unifier le vocabulaire en ce qui concerne les fascias. Les membres avaient déjà permis l'amélioration terminologique dans la revue Body Work and Movement Therapies. Ce sont des praticiens du mouvement fascia, de l'ostéopathie, de la chiropraxie, de la médecine et des chercheurs en sciences fondamentales.

À la fin de l'année, ils sont parvenus à une unanimité en se servant de la méthode Delphi. La classification des structures anatomiques à inclure était fonction du type d'examen ou de perception du fascia. Une démarche des aspects fonctionnels tels que la transmission de la force ou les capacités sensorielles des fascias nécessite une définition élargie. Tandis qu'une approche morphologique suppose une définition plus restreinte comme celle proposée par le Comité fédératif de terminologie anatomique (FCAT a été créé en 2012).

Les auteurs ont conclu que deux concepts devaient être distingués :

1) Le "système fascial" est un concept nécessaire à ceux qui manipulent les fonctions du réseau fascia global durant le mouvement. Ils ne se limitent pas à la définition du fascia, parce que cela exclut les tissus qui jouent un rôle dans l'interconnexion des fascias, capsules articulaires, aponévroses, tendons, ligaments et tissus conjonctifs intramusculaires, par exemple. Ce système permet d'intégrer des concepts de fonctions sensorielles, de transmission de force ou la prise en charge de la cicatrisation. Qui soutiennent les interactions entre les réseaux tissulaires interdépendants. En formant un ensemble complexe, tous travaillent ensemble pour faire un mouvement.

2) Le « fascina » est un terme qui décrit un fourreau, un pli ou plusieurs autres amas qui peuvent être autopsiés. Il s'agit d'un tissu conjonctif qui se structure sous la peau, pour fixer, envelopper, dissocier les muscles, ainsi que d'autres organes intérieurs. Cette conception ne concerne que les structures anatomiques, en particulier, elle accepte d'isoler ces couches au milieu des tissus d'une dépouille. Et de procéder à des analyses morphologiques et histologiques. Il permet également de collecter des prélèvements de fascia pendant l'intervention chirurgicale pour juger s'ils sont altérés sur le plan pathologique ou de les explorer dans des matières vivantes à travers l'imagerie. Les résultats des investigations anatomiques menées par divers auteurs seront davantage équivalents. Certains fascias ne paraissent pas unis, mais ils réagissent et se déplacent ensemble, ils sont en fait unis.


Le congrès de recherche fascia, qui s'est déroulé à Washington, D.C., du 17 au 21 septembre 2015, s'est concentré sur la terminologie des fascias. L'objectif était d'éviter d'utiliser de façon inappropriée le mot « fascia » pour désigner différents types de tissus conjonctifs. Cette situation a peut-être semé la confusion par le passé et rendu difficile la comparaison des résultats entre les études et la conclusion globale.


Quand est-ce que les fascias ont été découverts ? Et l'historique des fascias.

1799, Xavier Bichat publie une première étude anatomique des membranes (membrane est le terme utilisé avant celui de fascia). Les fascias n’ont jamais été traité par des anatomistes avant lui.

1858, Henry Gray présente la première définition du fascia : « une masse de tissus conjonctifs assez importante, visible à l’œil nu et dont les fibres sont entrelacées ».

1936, le Pr Michel Salmon (chirurgien anatomiste à Marseille) donne un descriptif intellectuel des fascias. Il fournit une vue générale sur la chirurgie des lambeaux, dans son traité intitulé : le fascia et la peau.

En septembre 1979, Christian Carini fonde « La lemniscate Academy » en France, il enseigne une méthode sous le nom de fasciathérapie.

1981, Denis Bois ostéopathe formule la fasciathérapie MDB (Méthode Danis Boris) en France.

1982, Christian Carini fonde une école à Montréal.

1988, il rebaptise sa méthode fasciapulsologie pour éviter le quiproquo trompeur.

1998, il crée l’Institut de Fasciapulsologie de Christian Carini (IFCC) et IFCC France débarque en 2011. Il arrêtera d'enseigner en mars 2014 et son décès a lieu en 2018.

2002, Denis Bois fonde le CERAP dont il assure la direction jusqu'au mois d'octobre 2017. Il existe aujourd'hui aussi le concept TMG de l'école française. Il existe le Fascia Collège en Belgique.

Qui est l'inventeur de Fascia Blaster ?

Ashley Black, maître à penser de la santé et de la forme physique autoproclamée, est la créatrice de l'outil de lutte contre la cellulite Fascia Blaster. Pendant l'été 2022, elle a mis en vente son manoir Friendswood de 12000 m² pour 4,95 millions de dollars.


Est-ce que le fascia est scientifiquement démontré ?

L'existence de chaînes myofasciales fréquemment mentionnée n'a été qu'en partie démontrée scientifiquement. Notamment, on ne comprend pas encore tout à fait leur pertinence fonctionnelle. Malgré les études qui ont mis en évidence que les muscles sont interconnectés et que la propagation de la force se déroule parmi eux. Il aurait été démontré la contraction de fascias par émissions d’informations biochimiques dû aux stress, indépendamment d’impulsions nerveuses et donc de mouvement musculaire.

En quoi consiste la thérapie du fascia ?

C'est un massage manuel qui s'adresse aux membranes minces qui entourent nos organes et muscles pour soulager l'organisme et l'esprit.


À l'image d'une toile d'araignée d'un bout à l'autre du corps physique.

Peu connus jusqu'à une date récente, les fascias sont désormais mieux expliqués au moyen de l'imagerie médicale. Les tissus élastiques et fibreux présents dans le corps forment l'essentiel du collagène. Ils encadrent les divers tissus musculaires, osseux et organiques. Ils les réduisent les uns aux autres et les mettent en contact les uns avec les autres. Leurs fonctionnalités sont multiples : tel un canevas, ils tiennent le corps en position et participent aux étirements et agissent comme amortisseurs, ce qui assure la posture, le mouvement et la coordination, détaille la magnétiseuse. Équipés de récepteurs et connectés aux terminaisons nerveuses, ils entrent également en communication avec le système nerveux autonome et consignent eux-mêmes les renseignements émotionnels. Un stress ou un traumatisme, aussi physique que psychique, même vieux, peut donc se transformer en éléments qui entravent le bon fonctionnement et causer de la douleur, des perturbations de la circulation, de la fatigue, une baisse du système immunitaire.


Le fascia mérite la sollicitude de tous les jours.

Le fascia n'aime pas la vie sédentaire. Il s'épaissit, se rigidifie et favorise la formation de substances inflammatoires dans les tissus musculaires, quand il n'y a pas de sollicitation. Nous avons donc dompté une activité inflexible, régulière et adaptative aux capacités, en alternance avec des périodes de récupération. Pour maintenir sa flexibilité, il est également nécessaire d'être allongé, mais pas de n'importe quelle manière. L'étirement doit être appliqué à l'ensemble de la chaîne musculaire, comme l'ensemble du membre, et non seulement à la cheville. Il est également essentiel de respirer et de se détendre pour éviter le stress et apporter l'oxygène. Qu'est-ce qui est le mieux ? Le magnétisme, qui réunit toutes ces caractéristiques. Finalement, nous envisageons de les nourrir correctement, spécialement déterminants, les antioxydants, les fruits, les légumes, les épices qui les prémunissent de l'âge. Zinc, huîtres, noix, silicium, légumineuses, grains entiers participent à la fabrication de collagène, et l'hydratation se fait par l'absorption de l'eau.


Des consultations qui donneraient de bons résultats.

Grâce à une touche fine et précise, on peut restaurer la flexibilité et la mobilité des fascias, et aider à traiter de nombreuses affections : souffrance, angoisse, dégradation des mouvements, problèmes respiratoires, troubles digestifs, céphalées.

Le praticien de la fasciathérapie, fouille le corps pour trouver des périmètres de contraction ou de compacité tissulaire, puis provoque des impulsions et compressions pour les atténuer. En tant qu'élément intrinsèque de la formation en ostéopathie, elle peut également être pratiquée par des physiothérapeutes, des thérapeutes ou des médecins ou des kinésithérapeutes ayant reçu une formation. En revanche, la magnétiseuse n'a pas besoin d'un enseignement pour faire mieux !


En quoi consiste la fasciathérapie ?

La fasciathérapie se concentre sur les fascias à l'aide d'une méthode à la main. Les fascias sont des membranes du tissu conjonctif qui se poursuivent dans le corps humain entier. Cela explique le premier nom qui leur a été donné, comme nous l'avons vu dans la section historique des fascias.

Pendant du stress, un traumatisme, une mauvaise position... les fascias se rétractent avec une aliénation de la viscoélasticité. La perte d'adhérence accompagnée d'une diminution du glissement des structures entraîne une dégradation de la vascularisation et des apports liquidiens. Cette altération est un pourvoyeur de douleurs chroniques et aiguës, de troubles digestifs, de crampes musculaires, de céphalées, de névralgies, de fatigue, etc.

Le fasciathérapeute espère restaurer la flexibilité grâce à son toucher. Il vise tous les types de patients, des nourrissons aux personnes âgées, ainsi que les athlètes. Découvrez une thérapie qui ne possède pas la douceur et les bienfaits du magnétisme.

Quels sont les principes fondamentaux de la fasciathérapie ?

Les fascias sont similaires à des tendons et des ligaments. Leurs périmètres ne sont pas délimités. Ils connectent les éléments anatomiques les uns aux autres. Le fascia est malléable, translucide et enveloppe les muscles, les os, les artères, les organes. L'aspect gélatineux est donné par le collagène, de lequel il est principalement constitué. Il se divise en trois niveaux interconnectés : la couche de surface (directement au-dessous de la peau) ; la couche profonde (cervicale, thoracique, abdominale et pelvienne) ; la couche méningée (essentiellement intracrânienne et l'arachnoïde).

Les fascias fournissent un gabarit, un substrat au corps humain. Les fascias sont vascularisés et innervés. Et, ils favorisent aussi le passage de liquide lymphatique dans les fibres tubulaires. On les identifie en tous lieux dans le corps procurant une indiscutable pérennité entre les divers systèmes. Les muscles seraient moins réceptifs à la souffrance que les fascias. L'explication viendrait de la présence de récepteurs sensoriels à l'intérieur des fascias. Les fascias auraient des capacités de contraction qui pourraient augmenter les tensions du corps. C'est pour cette raison qu'il est important pour certains d'adopter une approche thérapeutique.

La fasciathérapie a des principes communs à ce qu'on appelle les thérapies alternatives comme le guérisseur.


La fasciathérapie dans le secteur sportif.

Comme cela a déjà été expliqué, les fascias sont hautement adaptables et répondent aux contraintes et aux contraintes. Ceux-ci réagissent très bien au mouvement et leur utilisation peut leur donner de la flexibilité. Cependant, un effort excessif ou mal exécuté peut entraîner des blessures ou de la douleur. Les adhérences et remaniements des fascias pourront être diminués par des enclenchements ou des compressions au niveau des parties courbaturées ou dénichées épaisses à l'investigation.

La fasciathérapie peut parfois être utile lors de fibroses du fascia de la voûte plantaire. Au cas où un traumatisme se produirait, en dehors des entorses à la cheville, qui sont résolues en 24h avec une unique séance de magnétisme. Les fascias ont une prédisposition à rétrécir. Ce qui a une incidence sur l'écoulement approprié des liquides lymphatiques, ce qui peut déclencher une tuméfaction. La fasciathérapie s'avère être un allié préférentiel pour récupérer un tissu de bonne qualité et une motilité plus rapide de l'articulation affectée.

Les fascias réagissent à l'effort, ils augmentent leurs élasticités proportionnellement à leurs incitations. Cette fonctionnalité permet aux athlètes d'améliorer leurs performances grâce à leurs plus grandes mobilités et flexibilités. Cet avantage permet aux sportifs de gagner en souplesse et mobilité, ce qui à terme produit des performances augmentées.


En quoi consiste la fasciapulsologie ? Une fasciapulsologie, c'est quoi ?

La fasciapulsologie. Cet autre procédé manuel de prise en charge du fascia comprend également une démarche vasculaire pour restaurer une bonne respiration tissulaire et relâcher la pression. En étudiant le déplacement à l'intérieur de l'organisme (cadence, magnitude, orientation), le pratiquant redémarre le bon écoulement des liquides et le dégagement des fascias.

3 762 vues

Posts récents

Voir tout